NOTRE MISSION

Satisfaire les exigences de toutes les clientèles…

Cimetière Notre-Dame-Des-Neiges de Montréal

L’emplacement a bien sûr été choisi comme dernière demeure des défunts mais surtout pour libérer les citoyens des risques d’épidémie qu’ils appréhendaient.  Indispensable à la ville des vivants, le cimetière est apparu de plus en plus gênant à partir de la fin du XVIIIe siècle.  On l’a à plusieurs reprises éloigné mais le développement urbain auquel il appartient l’a toujours rattrapé : momentanément excentré, il se retrouve encore dans la position où il se trouvait au départ, en plein cœur de la ville.  On se rend compte aujourd’hui de la vanité d’un geste maintes fois répété : la cité des morts ne peut pratiquement pas être exclue de celle des vivants.

Comme on l’a vu, le cimetière Notre-Dame-Des-Neiges, cette grande oasis, a été créé plus de 20 ans avant le parc du Mont-Royal.  C’est donc dire qu’il a contribué à préserver la montagne.  Il en partage certaines caractéristiques topographiques, végétales ou fauniques tout en s’en distinguant sur le plan formel.  Malgré des affinités avec ses voisins le Mount Royal Cemetery et le parc du Mont-Royal qui s’inspirent du courant romantique anglais, le cimetière Notre-Dame-Des-Neiges présente un aspect « monumental » qui repose sur l’aménagement de l’axe processionnel de l’entrée, l’implantation rigoureusement alignée des arbres en bordure des allées et leur sélection restreinte.  Il s’agit ici d’une application ou d’une interprétation originale des principes traditionnels du jardin paysager français.  Ce n’est donc pas un cimetière-jardin typique comme son voisin, c’est un cimetière « montréalais » qui puise aux racines mêmes des populations distinctes qui l’ont fait naître puis se développer.

Au-delà des considérations de conservation, il faut se rappeler que la mission essentielle du cimetière est la garde permanente des défunts dans le respect des convictions spirituelles et des attentes de la population.  Cet « équipement » collectif, jouit d’un attachement incontestable de la part de la population.  Il est intégré à la vie publique, à l’identité montréalaise mais aussi à la vie intérieure des citoyens.  C’est pour cette raison qu’en ce début de XXIe siècle, la Fabrique de la paroisse Notre-Dame de Montréal, l’une des institutions les plus anciennes de Montréal, considère avoir le devoir de le privilège de maintenir cet ancrage dans la société montréalaise et métropolitaine spécialement à titre de « gestionnaire. De l’évolution du sens de la mort.

Votre culture, notre tradition

Satisfaire les exigences de toutes les clientèles… le cimetière Notre-Dame-des-Neiges en a fait l’un de ses principaux objectifs. Depuis sa fondation en 1854, nous avons su nous adapter aux nombreuses coutumes d’une clientèle diversifiée, tout en honorant ses propres valeurs au sein de la société montréalaise. Ainsi, évolution et adaptation dans le respect de notre mission ont toujours fait partie de notre rôle.

Section Chinoise
HAUT